Imagerie : radiographie numérique et échographie.

La radiographie :

C’est une des plus anciennes des techniques d’imagerie. Ce n’est pas pour autant qu’elle n’est plus d’actualité à l’heure actuelle.

Le système de capteur numérique dont dispose la clinique permet d’obtenir directement des images informatiques de haute qualité et de les améliorer si besoin (variation de contraste, de netteté … ) sans effectuer de cliché supplémentaire ce qui permet de limiter les doses de rayons émis. Un DVD des radios de votre animal, visualisable sur n’importe quel ordinateur, pourra vous être remis à l’issue de l’examen ou transmis à un confrère lors de référé du cas.

La première indication de la radiographie est une première exploration des situations d’urgence car elle apporte rapidement des informations importantes pour évaluer l’état d’un animal traumatisé.

La radiographie reste l’examen de première intention pour explorer le squelette, principalement lors

–          de boiterie

–          de fracture ou de luxation

–          de déformation d’une portion du membre

Elle garde tout son intérêt dans une première approche du thorax lors :

–          de difficultés respiratoires

–          de toux

La radiographie révèle aussi la présence de certains corps étrangers ou de calculs dans les voies digestives ou urinaires.

Elle permet enfin de compter le nombre de fœtus avant la mise-bas chez la chienne ou la chatte gestante.

L’échographie :

Au cours des 10 dernières années,  l’échographie est devenue l’examen de première intention pour l’exploration du cœur et des organes abdominaux.

L’échographie abdominale apporte des informations précieuses dans les cas suivants :

–          le diagnostic de gestation

–          les troubles digestifs (vomissements, diarrhées)

–          les troubles urinaires (polyurie, anurie)

–          la recherche et l’exploration d’une masse

Les motifs d’une échocardiographie (échographie du cœur et des organes thoraciques) sont le plus souvent :

–          l’exploration des souffles cardiaques

–          les troubles respiratoires (toux, essoufflement)

–          le diagnostic des épanchements de liquide

Nous n’effectuons pas d’échocardiographie et préférons pour le moment référer cet examen chez des confrères spécialisés et munis des équipements matériels les plus performants.